Coup de cœur littéraire. Un avion sans elle de Michel Bussi, paru en janvier 2012 est une révélation.

*

La présentation du livre par les éditions Presses de la Cité :

Lyse-Rose ou Emilie? Quelle est l’identité de l’unique rescapé d’un crash d’avion, un bébé de trois mois ?

Deux familles, l’une riche, l’autre pas, se déchirent pour que leur soit reconnue la paternité de celle que les médias ont baptisée Libellule. Dix-huit ans plus tard, un détective privé prétend avoir découvert le fin mot de l’affaire, avant d’être assassiné, laissant derrière lui un cahier contenant tous les détails de son enquête. Du quartier parisien de la Butte-aux-Cailles jusqu’à Dieppe, du Val-de-Marne aux pentes jurassiennes du mont Terrible, le lecteur est entraîné dans une course haletante jusqu’à ce que les masques tombent. Hasards et coïncidences ne sont-ils que les ricochets du destin ? Ou bien quelqu’un, depuis le début, manipule-t-il tous les acteurs de ce drame ? 

Ce livre est totalement captivant.

C’est une histoire qui commence par la fin. Le détective privé engagé par la famille fortunée pour une enquête qui va durer dix-huit ans, laisse au lecteur toute son enquête consignée dans un cahier. On a alors en notre possession un roman policier dans un roman policier !

C’est une course contre la montre, il y a des meurtres, des mensonges et de l’amour en jeux.

Le rythme de l’histoire est haletant, palpitant. C’est une enquête entre passé et présent. Et c’est ce qui fait l’originalité de ce polar, c’est le parallèle entre cette enquête longue, consciencieuse de dix-huit années, et cette course pour la vérité en deux-trois jours.

Autre point intéressant : il y a deux mondes qui s’opposent. Celui des riches et celui des pauvres. On s’attend à un tableau du pauvre/gentil face au riche/méchant, prêt à tout pour récupérer sa petite-fille. Pourtant, l’auteur nous balade dans une intrigue ou ce qui se passe ne se prévoit pas. On a tendance à prendre parti pour l’un, mais plus les pages défilent, plus les personnages changent, plus l’atmosphère est troublante. L’enquête se fait également autour de la relation entre deux femmes que tout sépare, deux mondes hostiles qui s’affrontent. Cette opposition sociale qui s’entremêle donne un petit air « La vie est un long fleuve tranquille », mais version polar.

C’est aussi une histoire d’amour. D’un amour interdit, incestueux, s’il l’est, car la course contre la montre est aussi pour découvrir s’ils sont oui ou non frères et sœurs, s’ils ont le droit de s’aimer.

C’est un polar made in France. L’histoire devient réelle car près de chez nous. Pas de bulding, pas de drogue, ça ce passe ici et là. En banlieue parisienne, à l’université, en Normandie… C’est la France que l’on connaît.

Vous allez croire, savoir, qui est qui, mais au final pas du tout, Michel Bussi vous balade à souhait !

En fond, c’est une enquête classique, mais il en fait quelque chose d’extraordinaire. Une fois dedans vous ne lâcherez plus rien!

Vous l’aurez compris, gros coup de cœur ! C’est bien construit, la mécanique de l’intrigue nous tient en haleine jusqu’au dénouement, c’est intelligent et reste de la place aux sentiments.

Que demande le peuple !

Vous connaissez ?

KA

Publicités